Consquences des grandes mares !!!

Blog de pecheursenguyane :Pêcheurs de Guyane, Conséquences des grandes marées !!!

Ci joint reprise
d’un Article de France Guyane du 27 Novembre 2007 en
référence a mon article du samedi 24 Novembre
2007

L’océan
gagne du terrain !!!!

 Avec les
grandes marées de ce week end, l’océan en a
profité pour faire encore des siennes à
Montjoly.

En effet les
vagues ont « grignoté » entre deux et trois metres aux
riverains désespérés.

Les tractopelles
ont travaillé samedi et dimanche et les propriétaires
n’en finissent pas de faire remblayer ce que la mer reprend sans
cesse.

Mais quand
cela va t’il s’arréter ?
 

Publicités

Grande mare et pleine lune.

Blog de pecheursenguyane :Pêcheurs de Guyane, Grande marée et pleine lune.

S’il y a bien une expérience que je ne
referais pas c’est d’aller pêcher du bord par un
jour comme aujourd’hui ou le coefficient de marée
était un des plus forts de l’année avec 3
mètres 45.

Pourtant en préparant ma sortie de samedi 24
novembre après midi, en regardant l’heure de la
marée je n’ai pu m’empêcher de penser
«  Chouette la marée sera haute à 16 h 15
cela me laissera en plus 1 heure à l’étal et je
pêcherais au maximum au montant »

Très mauvais calcul.

Déjà lorsque je suis arrivé
vers 14 heures sur la plage de l’oasis à Remire, je me
suis rendu compte que la mer était agitée avec des
creux de 2 à 3 mètres, extrémement
moutonneuse.

Quant à la plage tellement la violence des
vagues de bord avait du être importante lors d’une
précédente marée qu’une marche de sable
d’une hauteur de 1m environ s’était
formée !

Enfin quand je parle de plage déjà il
n’y en avait plus trop, mais que m’importait
après tout, en posant mon attirail assez en retrait du moins
le pensais –je, afin de ne pas me faire submerger par les
rouleaux des vagues qui s’écrasent au bord.

Je pêche donc. Deux cannes, un bon parassi
comme appât, quelques machoirans et cocos assez rapidement.
Tout allait bien.

De rares promeneurs sur la plage,
s’emerveillait du spectacle de la mer en furie en me
demandant si la mer montait ou descendait. « 
Jusqu’à 16 h 15 après ce sera
l’étal » répondais-je sûr de
moi.

Je les voyais revenir assez vite car ceux ci se
trouvaient coincé entre la mer et les habitations
présentes tellement la mer était haute.

Moi je reculais régulièrement mon
matériel de façon à ne pas me faire prendre.
Je n’étais plus sur le sable mais sur les herbes en
bordure de plage presque derrière l’oasis.

Et puis d’un coup il fut 16 h 15.

La marée était à son maximum.
Les vagues frappaient et frappaient encore la marche de sable en
rugissant à chaque fois que les ressacs se formaient en
aspergeant de sales vagues de terre et de vase les spectateurs
curieux de ce spectacle.

J’avais beau retirer mes pics afin que mes
cannes ne souffrent pas trop de ces embruns diaboliques, celle ci
était régulièrement sous l’emprise des
trombes se déversant sur elles.

C’est ainsi que je me suis retrouvé
à lancer à environ 10 mètres de la sortie de
la vague et à planter mes cannes à 30 mètres
du bord.

En Guyane ces distances de sécurité
hallucinantes ne sont rien. IL est arrivé ce qui devait
arriver. Il a suffit d’un petit coup de vent et certainement
d’un ressac plus important, d’une vague plus forte ou
de Neptune qui s’est dit qu’il allait me faire une
blague.

A un moment j’ai vu surgir devant moi une
série de vagues qui ont réussi à fracasser la
marche de sable. L’eau s’est alors engouffré
dans la brèche, les flots se sont
déchaînés en raison des courants contraires, et
d’un coup d’un seul a surgit d’immenses vagues au
bord de peut-être 5 mètres qui ont tout
fracassés et inondés.

Les pics, les cannes, la boite à
pêche, la glacière, mon sac, mon fauteuil, et mes
tongues….. balayés, soufflés,
exterminés. Au milieu de ce fracas, j’ai reçu
la gifle d’eau et de sable puissamment sans pouvoir contrer
cette avancée naturelle, en me retrouvant retrouvé
tel un crétin aussi démonté que peut
l’être un pack italien face à des alls blacks en
forme.

Vous l’avez compris. Une fin de partie de
pêche qui a ressemblé au parcours du Petit
Poucet.

A la maison le rinçage du matériel
s’est fait d’une manière plus assidue que
d’habitude. Quant au rinçage du pêcheur la
douche a vraiment été la bienvenue !

 

Ce soir ce sera en plus la peine lune. Le
coefficient de marée sera à 3 mètres 25.
D’ici qu’un poisson garou-vague surgisse c’est
peut être possible. Je n’irais pas vérifier. Ca me
suffit. Tout est possible vous savez.

Classement du Marathon de Kourou. Ensemble des participants

Blog de pecheursenguyane :Pêcheurs de Guyane, Classement du Marathon de Kourou. Ensemble des participants
Avec un petit peu de
retard que je vous prie d’excuser, j’ai le plaisir de vous
transmettre l’ensemble du classement général de
l’épreuve du 10 et 11 Novembre 2007.

A titre
d’infos:
Il s’est pris environ 55
raies de 600g à 37 kg, le plus grand nombre de raies
pêchées est de 10  pour un poids total de 528 kg
soit une moyenne de 9.8kg.
Il s’est pris 584 kg de 15
à 7h puis 48 kg de 7 à 11h le
Dimanche.

Merci
à Francis Cortado pour la transmission de la photo
illustrant l’article. Il y a quand même de sacré
bestioles dans notre si belle Guyane. Encore une fois merci pour
l’organisation et merci à tous les participants de leur
trés bonne tenue.

Classement

Nom

Poids total kilos

Nbr poissons

classement

CORTADO/CLABAULT

159.73

42

1

RIBAS/RIBAS

105.68

13

2

BOMARE/GUILBERT 97.99 10 3
CAMBIER/KOLMER 87.10 15 4

COLMART/NICOLAS

51.96

25

5

COURGEOT/MENART

42.89

10

6

HULIN/HULIN

15.06

4

7

VIERA/BOLONIEZI

13.83

3

8

CULLET/CULLET

13.66

3

9

BESSON

11.46

5

10

MEDINA/JACQUEMOT

9.76

11

11

CARASSUS/CARASSUS

5.93

2

12

DELBECQUES/ALARCON

5.51

4

13

GASNIER/JOFFRIT 5.28 4 14
KASANWIN/BROWANNY 2.86 1 15

PETIT/SINNING

1.72

4

16

ROUSSIN/CARLONI

0.75

4

17

SANTANNECHI/FOULON

0.72

1

18

LEFLOCH/DEMARIA 0.5 3 19
COPPIN/ARNAUD 0.36 2 20

WIECZOREK/BRUN

Abandon

Abandon

 

SEIGNERIE/HUCHON

Retardé

Retardé

 

                                                    
632.75                 
166

Fin de saison. ( Dj…). Dates retenir .

Blog de pecheursenguyane :Pêcheurs de Guyane, Fin de saison. ( Déjà...). Dates à retenir .

Cela a passé
comme un éclair.

 Encore une
saison de terminée.

2007 est mort vive
2008.

Sans vouloir enterrer
trop tôt cette saison je dirais qu’elle fut belle,
même si le poisson ne s’est pas montré
d’une régularité exemplaire cette
année.

C’était
à mon avis quand même en dent de
scie.

En surf on retiendra
le titre d’Eric Ribas, et la belle montée en puissance
de Michel Picard.

En bateau si
 Sea World GP a conservé son titre, les poursuivants
que sont Philmax et Blue Way animés par leur propre
challenge  ne sont plus maintenant très
loin derrière.
 

Le
bureau de l’APPG communique sur les premières dates
importantes pour notre club l’année prochaine sur
lesquels nous aurons l’occasion de
revenir.
          
         
vendredi
11/01/08 à 19 heures au siège à
DDC : Assemblée Générale et mise à
jour des cotisations. Si de nouveaux inscrits veulent nous
rejoindre ce sera le moment !!!

 Championnat de Guyane de Pêche de
bord.

L’AAPG
organisera 3 épreuves de ce
championnat
 A
savoir ;
         
         
Dimanche 27/01/08 première
manche à l’Oasis à Remire
(pm :8h25,2.88m)
Dimanche 16/03/08
troisième manche à l’auberge des plages
à Rémire (pm :12h54,
2.88m)
          

Dimanche
18/05/08 cinquième manche à l’Oasis 
à Rémire (bm :10h01,
0.93m)

Le SCCK  organisera toujours dans le cadre du
championnat 3 épreuves. Les trois dates à
définir par le SCCK sur  Kourou en février,
avril et juin seront communiquées
ultérieurement.

A titre
d’avertissement le bureau de l’APPG demande amicalement
à ses membres, compte tenu de la montée en puissance
des pêcheurs du SCCK, notamment lors des deux derniers
marathons, de la  reprise de l’entraînement le
plus tôt possible.

 Enfin


La remise des prix du championnat bateau ainsi que le repas qui va
bien avec se dérouleront vendredi 7 décembre 2007
à l’auberge des plages de Remire
Montjoly.

Il est demandé
à chacun de confirmer par E Mail sa présence à
Eric avant le 30 novembre
2007

Reprise intgrale de larticle de France Guyane du jeudi 15 novembre concernant le Marathon de Surf

Blog de pecheursenguyane :Pêcheurs de Guyane, Reprise intégrale de l’article de France Guyane du jeudi 15 novembre concernant le Marathon de Surf
Cortado
et Clabaut, grands vainqueurs en Surf
Casting.

Le Week-end dernier, sur la plage des
amérindiens s’est déroulé la
première épreuve de sUrf casting organisée par
le SCCK

Cette épreuve sportive de
pêche pratiquée depuis le bord de mer s’est
déroulée sur 24 heures.
( Note du webmestre petite erreur de la part de la
rédaction de France Guyane, l’épreuve
s’est déroulée sur 20 Heures
)

Elle a permis à quarante pêcheurs
répartis par équipes de deux, de s’adonner
à leur sport favori.

Il s’agissait d’un concours ouvert
à tous les passionnés de ce sport.

Tous les ingrédients étaient
réunis pour cette journée.

Le poisson, ce qui n’est
pas coutume, n’a absolument pas boudé les
appâts, puisque qu’au total se sont plus de 600 kilos
qui ont été pêchés.
( Note du webmestre, en vérité environ
700 kilos)

Parmi les prises, des requins, acoupas, congres,
lottes, parassis et des raies en quantité majeure avec la
plus grosse prise effectuée par Eric Ribas qui a
accusé un poids de 37 kilos.

A noter que dans ce genre de concours, les poissons
une fois mesurés et pesés sont rejetés dans
leur élément naturel.

Francis Cortado président de
l’association SCCK ( surf casting club de Kourou ) et son
binôme Frédéric Clabault se classent premiers
totalisant 159.730 kilos de poissons.

Eric et Pablo Ribas sont seconds avec une prise de
105.580 Kilos, suivi de Gérard Bomaré et Christian
Guilbert avec 97.090 kilos de poissons
pêchés

Comment dcouper une raie ?

Blog de pecheursenguyane :Pêcheurs de Guyane, Comment découper une raie ?

Vous aller dire que je suis obnubilé par les
raies de Guyane en ce moment.

C’est un peu vrai !!!

Toutefois il faut savoir que si elles
piquent, les ailes sont aussi  bonnes à
manger surtout les petites entre 5 et 10 kilos. .

C’est pourquoi je n’ai pas
résisté à mettre en ligne dans le lien
«  photo des pêcheurs en Guyane » les
photos de notre gourmand de Raphaël A…. de Kourou
expert s’il en est de la découpe.

Et puis d’une certaine façon
c’est la revanche des guerriers que sont les pêcheurs
de Guyane, sur ces sacrés, sacrés copines que sont
nos amies les raies car qui aime bien mange bien.

Remercions Raphaël de s’être
prêté à ce rituel involontaire
immortalisé par Camille toujours en embuscade.

Raphaël est un vrai boucher de la mer, un
expert,  un gentleman poissonnier!!!

Pour compléter la série il 
faudra la prochaine fois que l’on prenne les photos de la
poêle avec le beurre blanc ou les câpres a moins
que Raphaël  ne posséde une recette
particulière de Colombie à
nous communiquer
 !!!

Piqre de raie. Comment soigner ?

Blog de pecheursenguyane :Pêcheurs de Guyane, Piqûre de raie. Comment soigner ?

Il peut nous arriver de nous faire piquer par une
raie ou un machoiran dans le cadre de nos parties de
pêche.

Parmi les nombreux articles existant sur Internet
au sujet des piqûres de raies, le meilleur que j’ai pu
trouver particulièrement adapté aux conditions
guyanaises.

 http ://
http://www.guyanecho.com/dossiers/dossier_59_piqure+raie.html

 

Contrairement à une idée fort
répandue, l’habitat des raies n’est pas
limité aux seules eaux salées.

Ces dernières sont en effet présentes
dans tous les cours d’eau de Guyane. Nous les rencontrerons
en particulier sur les bancs de sable, en bordure de crique,
souvent cachées par des feuilles mortes, dans la vase. Elles
se rapprochent des berges avant la tombée de la nuit et au
lever du jour.

Les raies n’attaquent pas volontairement mais
piquent dés qu’elles se considèrent
menacées. Elles sont la plupart du temps plaquées au
fond et, marchant dans ces eaux turbides, avec une faible
profondeur de visibilité, il peut nous arriver de marcher
dessus. 

Elles possèdent un ou plusieurs dards
venimeux. L’animal le plante dans la jambe de l’intrus
et s’enfuit. Ce dard est enduit d’une sorte de musc,
particulièrement venimeux.
La grande majorité des piqûres a lieu au niveau de la
cheville ou à la main dans le cadre d’action de
pêche malheureuse.
Les bottes de caoutchouc et à plus forte raison des sandales
de plage se révèlent être des protections
totalement illusoires, n’empêchant nullement la
pénétration du dard. 
Juste après la piqûre, une douleur insupportable se
répand dans le membre atteint.
Ces terribles souffrances peuvent durer plus de six heures.
Suite à cette douleur atroce, plusieurs cas de
décès par arrêt cardiaque ont été
constatés. Dans tous les cas, une nécrose
relativement importante est à signaler dans la
périphérie de la piqûre.

Que faire ?

La solution est très simple. Il faut savoir
que – comme beaucoup de venins de poissons- le venin de raie est
thermolabile, c’est à dire qu’il est
détruit par la chaleur. Aussitôt piqué, il
convient donc de chauffer la plaie.
Plusieurs solutions restent possibles. La meilleure étant de
déposer un chiffon humide sur la blessure et d’en
approcher un morceau de fer chaud.

L’y maintenir quelques instants aussi
prés que possible et dans la limite du supportable. Le venin
sera dans un premier temps coagulé, ce qui empêchera
sa propagation dans le membre, puis partiellement
détruit.

 Un briquet, une
cigarette sont également efficaces. La douleur
décroîtra rapidement. Il faudra bien sûr
désinfecter la plaie et surveiller l’évolution
de cette dernière. Certains préconisent de traiter la
plaie à l’ammoniaque.

Toutefois il est recommandé de se rendre aux
urgences le plus rapidement possible pour prévenir de toutes
complications éventuelles pouvant survenir.